Coups bas du Medef

Figure de la convergence des luttes, Loïc Canitrot, de la compagnie Jolie Môme, a été agressé par le chef de la sécurité du Medef. De victime, il se retrouve accusé.

Il avait les bras en l’air quand le chef de la sécurité l’a frappé dans les parties génitales. « On avait [pourtant] essayé de lui expliquer que c’était au Medef qu’on en voulait, pas à ses employés », a déclaré Loïc Canitrot au sortir de sa garde-à-vue (voir Politis.fr). Précision qui suscite l’admiration de Samuel Churin, de la Coordination des intermittents et précaires : « Il aurait pu s’énerver contre cet homme qui, de surcroît, a porté plainte contre lui alors que c’était lui la victime ! Mais non,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents