Coups bas du Medef

Figure de la convergence des luttes, Loïc Canitrot, de la compagnie Jolie Môme, a été agressé par le chef de la sécurité du Medef. De victime, il se retrouve accusé.

Ingrid Merckx  • 15 juin 2016 abonné·es
Coups bas du Medef
© Photo : CITIZENSIDE / patrice pierrot / citizenside.

Il avait les bras en l’air quand le chef de la sécurité l’a frappé dans les parties génitales. « On avait [pourtant] essayé de lui expliquer que c’était au Medef qu’on en voulait, pas à ses employés », a déclaré Loïc Canitrot au sortir de sa garde-à-vue (voir Politis.fr). Précision qui suscite l’admiration de Samuel Churin, de la Coordination des intermittents et précaires : « Il aurait pu s’énerver contre cet homme qui, de surcroît, a porté plainte contre lui alors que c’était lui la victime ! Mais non, derrière l’homme, Loïc voit le système, et derrière son geste, la réponse du Medef aux intermittents. »

Quand il est sur une action, comme le 7 juin avenue Bosquet pour réclamer la prise en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes