Le camp d’accueil de réfugiés d’Anne Hidalgo reporté à septembre

Alors qu’un nouveau camp de migrants a été évacué ce jeudi matin, la Mairie de Paris a annoncé le report de l’ouverture d’un camp humanitaire pour accueillir des réfugiés, près de la capitale.

Laure Hanggi  • 16 juin 2016
Partager :
Le camp d’accueil de réfugiés d’Anne Hidalgo reporté à septembre
© Un employé municipal nettoie le site après l'évacuation des migrants.Photo : JOEL SAGET / AFP.

Dix jours après l’évacuation des 2000 migrants qui avaient trouvé refuge aux Jardins d’Éole (18e), c’est un campement sous le métro aérien entre La Chapelle et Stalingrad qui a été démantelé. Des centaines de migrants étaient venus s’y réfugier après la fermeture des Jardins, l’espace sous les deux stations étant la seule partie non-grillagée du métro aérien.

« La volonté c’était d’agir le plus vite possible avant que le campement ne devienne trop important » a expliqué à l’AFP le chef de cabinet du préfet d’Île-de-France Patrick Vieillescazes, présent sur place. L’enjeu était de trouver les hébergements et là on les avait. »

Campement, évacuation, campement. Le Collectif Parisien de Soutien aux Éxilés condamne un cercle vicieux. « Les médias ne s’intéressent qu’aux évacuations, mais elles sont toujours suivis de l’installation de nouveaux campements » explique Laurent, du Collectif. Il y aura toujours des gens, il faut bien qu’ils dorment quelque part. »

À la Mairie, on se défend de ces accusations, en rappelant que celle-ci « œuvre sans relâche à la mise à l’abri de migrants, presque 10 000 depuis un an et demi ». De plus, « aucune évacuation n’est une évacuation sèche. Tous ceux qui sont évacués le sont vers des hébergements. »

En parallèle de cette nouvelle évacuation – la 24e depuis juin 2015 -, la Mairie a annoncé le report de la date d’ouverture du camp d’accueil des migrants, promis par Anne Hidalgo, le 31 mai. Prévu pour juillet, c’est septembre qui est désormais marqué sur le calendrier. Un report dû à un mauvais calcul du temps nécessaire à sa construction. « La Maire [Anne Hidalgo, NDLR] s’est appuyée sur l’exemple de Grande-Synthe, mais Paris est un milieu plus dense, il faut donc plus de temps. Néanmoins, les lieux ont déjà été choisis. Nous attendons juste les résultats d’expertises en urbanisme », explique-t-on à l’hôtel de ville. Les modalités du camp parisien, son lieu et sa capacité d’accueil restent donc à déterminer.

Société
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant