Pommerat versus Grenoble

Le dramaturge Joël Pommerat exprime sa déception vis-à-vis de la politique culturelle menée par la ville de Grenoble.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Dans une tribune publiée par Libération le 2 juin, le dramaturge Joël Pommerat exprime vivement sa déception vis-à-vis de la politique culturelle menée par la ville de Grenoble, sur laquelle il avait fondé des espoirs. Mais, écrit-il, « le maire, Éric Piolle, et son adjointe à la culture, Corinne Bernard […] m’ont fait désespérer un peu plus encore de la situation politique de notre pays par leurs actions, et leurs propos, à peu près équivalents dans la teneur et dans le fond à ce qui se passe partout ailleurs en France ». Et d’énumérer les décisions de coupes budgétaires ou de reprise en main, et les déclarations malheureuses. Cette politique culturelle est « un tout finalement compliqué, contradictoire et paradoxal, mâtiné de suffisance et d’arrogance, de naïveté, à la Bouvard et Pécuchet ». On attend maintenant la réponse des intéressés.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.