Quand la revue du FMI enterre le « néolibéralisme »

L’institution critique l’austérité, la déréglementation de la finance, s’en prend aux critères de Maastricht et prône la redistribution des richesses.

Erwan Manac'h  • 6 juin 2016 abonné·es
Quand la revue du FMI enterre le « néolibéralisme »
© Photo : 5 avril 2016, Christine Lagarde, directrice du FMI, Angela Merkel, Chancelière allemande et Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE à Berlin. nJohn MACDOUGALL / AFP

Les Diafoirus néolibéraux sont habillés pour l’hiver. Et la critique qu’ils viennent de subir est d’autant plus dure qu’elle émane de leur cheptel de théoriciens. Dans un article publié début juin par la revue du Fonds monétaire international (FMI) _Finance et développement, trois économistes de l’institution taillent en brèche trois décennies de dogmes néolibéraux.

Les politiques d’austérité, les critères européens de Maastricht, les erreurs de Jean-Claude Trichet, l’ancien président de la Banque centrale européenne… Tout le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)