Quand la revue du FMI enterre le « néolibéralisme »

L’institution critique l’austérité, la déréglementation de la finance, s’en prend aux critères de Maastricht et prône la redistribution des richesses.

Les Diafoirus néolibéraux sont habillés pour l’hiver. Et la critique qu’ils viennent de subir est d’autant plus dure qu’elle émane de leur cheptel de théoriciens. Dans un article publié début juin par la revue du Fonds monétaire international (FMI) Finance et développement, trois économistes de l’institution taillent en brèche trois décennies de dogmes néolibéraux. Les politiques d’austérité, les critères européens de Maastricht, les erreurs de Jean-Claude Trichet, l’ancien président de la Banque centrale…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.