Malaise dans la démocratie

Vilipendés, désertés, les partis politiques sont en reflux, et les citoyens revendiquent une relation plus directe avec le pouvoir. L’horizon politique est-il en voie d’« ubérisation » ?

Pauline Graulle  • 13 juillet 2016 abonné·es
Malaise dans la démocratie
© Photo : CITIZENSIDE/philippe Munier/AFP

Avec Emmanuel Macron, ça a été le coup de foudre. Politique, s’entend. « J’étais écœuré du militantisme, il m’a redonné de l’espoir », résume Benoît. Le quadragénaire revient de loin. Élu en 2008 adjoint au maire socialiste d’une ville de l’Oise, il a fini par rendre sa carte après une décennie de bons et loyaux services : « Je ne supportais plus de reverser 10 % de mes indemnités d’élus à ce parti de barons locaux cumulards. »

Benoît s’essaie un temps à l’aventure des « listes citoyennes », puis saute le pas. Il y a quelques mois, il a rejoint En marche !, le mouvement du fringant ministre de -l’Économie. Avec l’idée que s’en remettre à une personne « de confiance » plutôt qu’à un parti serait plus judicieux. Plus gratifiant, aussi : « On a été reçus à Bercy avec des camarades. Alors que, quand je militais au PS, j’étais un anonyme criant dans le désert », souligne-t-il, en déroulant les qualités de sa nouvelle idole : « jeune », « pragmatique », « accessible »…

« Macronistes », « mélenchonistes », « juppéistes » ou même « marinistes ». Les noms propres ont fait, ces derniers temps, une entrée fracassante sur le ring politique. L’effet de la présidentielle à venir. Mais la fascination bien française pour l’homme ou la femme providentiel(le) – surtout en temps de crise – n’explique pas tout. Car cette « pipolisation » a poussé sur le terreau fertile d’une crise profonde : celle de la démocratie représentative. Premières victimes : les partis politiques, auxquels seulement 12 % des Français accordent désormais leur « confiance » [^1]. Et qu’ils cherchent à éviter, contourner ou déborder,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Publié dans le dossier
A-t-on encore besoin des partis ?
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian
Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail
Travail 16 février 2024

Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail

Depuis son arrivée à la tête d’un « superministère » regroupant le Travail, la Santé et les Solidarités, Catherine Vautrin ne s’est que très peu exprimée sur le sujet du travail, abandonnant des agents du ministère inquiets et laissant les politiques libérales être décidées à Matignon.
Par Pierre Jequier-Zalc
Sextape, chantage et harcèlement au Sénat : la gestion Larcher sous le feu des critiques
Sénat 13 février 2024

Sextape, chantage et harcèlement au Sénat : la gestion Larcher sous le feu des critiques

Pour la première fois, le docteur El Hassan Lmahdi, le médecin qui a révélé le scandale du Sénat qui embarrasse son président Gérard Larcher, témoigne.
Par Nils Wilcke