Le mirage de la concurrence

La solution à la crise du lait n’est pas du côté du productivisme.

L’actuelle crise du lait nous montre une nouvelle fois que la concurrence est un mirage, mais la Confédération paysanne l’annonçait depuis la fin des quotas en 2014. Le libre fonctionnement des marchés prôné par le libéralisme est une utopie. Les prérequis nécessaires pour bénéficier des avantages théoriques de la libre concurrence sont tout d’abord très difficiles à obtenir : une multitude d’acheteurs et de vendeurs, aucune barrière pour entrer ou sortir du marché, une information transparente, une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décolonisation inachevée

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents