Nuit debout fait sa rentrée

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La pause estivale n'a pas affaibli la détermination et l'inventivité du mouvement Nuit debout. Mercredi 31 août, les stands et commissions retrouveront la place de la République à Paris. Un programme déjà bien fourni est prévu jusqu'au dimanche 4 septembre, avec chaque jour un thème différent : « le partage des richesses », « les nouvelles formes de mobilisation », « local debout », « démocratie en danger à réinventer », et « libertés, égalités, fraternités ? ».

Des projections de films, des présentations d'associations, des concerts... Mais aussi des conférences-débats pour reprendre l'habitude de réfléchir en commun. Parmi les intervenants, Laurent Mauduit, co-fondateur de Médiapart, parlera du thème de son prochain livre « Mains basse sur l'information », Dimitri Courant, doctorant en sciences sociales et politiques posera la question « Des assemblées citoyennes tirées au sort pour changer la politique ? », et Alexandre Jardin réfléchira au rôle des jurys citoyens. Orchestre debout reprend ses violons et flûtes le dimanche 4 septembre pour jouer notamment deux chansons de Boris Vian, « On n'est pas pour se faire engueuler » , et « Le déserteur ».

Pour le côté action, Nuit Debout Paris appelle salarié·e·s et précaires, étudiant·e·s et lycéen·ne·s, syndicalistes, citoyen·ne·s, à se rassembler le 31 août à Jouy-en-Josas (près de Versailles) pour perturber l'université d'été du MEDEF. Sans oublier les Nuit debout qui reprennent partout en France : Toulouse, Rennes, ou encore Lille avec sa Braderie Debout, le 4 septembre.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents