Réforme du collège : c’est le chantier !

Les nouveaux programmes entrent en application dès cette rentrée. Selon nombre d’enseignants, le changement a été mal préparé et n’est pas en adéquation avec les besoins réels.

Ingrid Merckx  • 31 août 2016 abonné·es
Réforme du collège : c’est le chantier !
© Photo : CITIZENSIDE/DENIS THAu2039ST/AFP

Dernière ligne droite avant la rentrée : Sonia finit de préparer ses cours avec son mari, également professeur de français. « On rentre au lycée. On quitte le collège après douze ans. On ne voulait pas avoir à mettre en place cette nouvelle réforme. » Combien de mouvements y a-t-il eu depuis deux ans contre la réforme du collège, cet autre volet phare de la loi sur la refondation de l’école après la réforme des rythmes scolaires ?

« Les profs sont descendus dans la rue. Mais qui a compris pourquoi ? »,soupire l’enseignante,qui répète : « On ne voit pas en quoi cette réforme va enrayer les inégalités scolaires et améliorer les résultats des élèves. Si tel était réellement l’objectif, on aurait réduit le nombre d’élèves par classe et augmenté le nombre d’enseignants. » Quatre mille postes supplémentaires ont été annoncés pour le collège, mais, avec les départs à la retraite et les démissions, cette réforme se fera quasi à budget constant, estime Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes-FSU.

La réforme du collège, pour quoi faire ?

La loi sur la refondation de l’école est née sous le ministère de Vincent Peillon, en réaction aux lois Sarkozy-Darcos, qui ont réduit le nombre d’enseignants, supprimé leur formation initiale, terni leur image et alourdi les semaines pour les élèves.

François Hollande compte l’Éducation nationale dans les colonnes positives de son bilan depuis 2012. Pourtant, l’enseignement continue à souffrir d’une crise des vocations, notamment en raison de conditions de travail difficiles. Les nouveaux rythmes scolaires – fatigants pour tout le monde – et la réforme du collège – mal acceptée – font des enseignants des déçus de sa présidence. « Le gouvernement actuel n’a rétabli qu’une formation parcellaire des enseignants, souvent chaotique, très inégale selon les académies », commente Laurence De Cock, professeure d’histoire-géo en lycée et cofondatrice du site Aggiornamento hist-géo. Même l’ex-ministre Jacques Lang tape sur son camp : « Les effets conjugués de la croissance démographique et de l’incapacité de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 11 minutes

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc
Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93
Enfance 22 février 2024

Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93

L’une des plus grosses associations de la Seine-Saint-Denis accumule les témoignages et les rapports accablants contre sa direction et ses méthodes de management. Face à une crise qui s’intensifie depuis février 2021, le département – qui assure le principal financement de l’association – reste sourd malgré les appels à l’aide des salariés.
Par Tristan Dereuddre