Turquie : L’alibi Daech

La Turquie d’Erdogan pourchasse les Kurdes en Syrie.

Politis  • 31 août 2016
Partager :
Turquie : L’alibi Daech
© Photo : Ensar Ozdemir / ANADOLU AGENCY / AFP

Décidément, Daech est bien utile. Après la Russie de Poutine qui, au prétexte de la guerre au terrorisme, n’en finit pas de bombarder les rebelles syriens, c’est à présent la Turquie d’Erdogan qui pourchasse les Kurdes en Syrie. Après avoir justifié le franchissement de la frontière par une offensive anti-Daech, la Turquie mène en vérité, depuis le 24 août, une offensive de grande envergure contre les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et des Unités de protection du peuple kurde (YPG).

Recep Tayyip Erdogan n’en fait d’ailleurs pas mystère, amalgamant dans un même communiqué Daech et les organisations kurdes, tous qualifiés de « terroristes ». Son vice-Premier ministre, Numan Kurtulmus, a, lui, clairement fixé l’objectif de cette opération baptisée « Bouclier de l’Euphrate » : « Nettoyer la région de l’État islamique [Daech] et empêcher le Parti de l’union démocratique [PYD-kurde] et les YPG de mettre en place un couloir de bout en bout. » La grande crainte d’Ankara, c’est qu’une continuité se crée sur un territoire contrôlé par les Kurdes au nord de la Syrie, le long de la frontière turque. Dans l’imbroglio syrien, chacun poursuit son propre agenda. Les Kurdes ont conquis d’importantes positions en infligeant plusieurs défaites à Daech. L’objectif étant pour eux de créer une situation à l’irakienne, ou un territoire autonome existe depuis 2005. C’est évidemment la hantise d’Ankara, qui redoute une fusion avec les populations kurdes de Turquie.

L’ironie de l’histoire, c’est qu’il est probable que Recep Tayyip Erdogan ait reçu préalablement le feu vert de Moscou. Violemment opposées il y a peu encore sur le conflit syrien, la Russie et la Turquie semblent s’accorder aujourd’hui pour réaliser des objectifs qui n’ont pas grand rapport avec Daech. Une entente qui ne plaît guère aux États-Unis. Barack Obama le dira sans doute à Erdogan qu’il doit rencontrer dimanche en Chine. Sans grand effet probablement.

Monde
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban