À bout de souffle

Hicham Lasri filme un Maroc surréaliste peuplé d’étranges marginaux.

Anaïs Heluin  • 28 septembre 2016 abonné·es
À bout de souffle
© Photo : DR

Autour de Tarik, la vie s’étiole. Plus un sourire, plus un corps capable de résister à l’inertie ambiante. L’eau courante est touchée par un bug qui génère de gros pixels sur l’écran et assoiffe les habitants. L’apocalypse de The Sea is behind emprunte à bien des genres. Auteur d’un roman de science-fiction, Static (2010), et du

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 2 minutes