La ruée vers les métaux rares

Une société minière entend exploiter le sous-sol breton. Une résistance citoyenne s’est formée contre ce projet archaïque.

Un jour d’été 2015, un bruit d’hélicoptère résonne dans la campagne bretonne. Un survol inhabituel qui interpelle quelques habitants de Merléac et des communes voisines. Quelques mois plus tard, une autre scène insolite se joue sous les yeux des agriculteurs bretons, mais au sol cette fois. Des jeunes gens polis et bien vêtus se promènent dans les champs et demandent aux propriétaires s’ils peuvent ramasser des cailloux. Aucun agriculteur ne peut refuser. Qui sont ces bénévoles sortis de nulle part ? Des géologues en reconnaissance. Et l’hélicoptère appartient à la société Variscan Mines. L’air de rien, l’engin volant commence à cartographier la présence de métaux rares dans la région à l’aide d’un radar électromagnétique. Il faut dire que le sous-sol de l’antique Massif armoricain, à cheval entre les Côtes-d’Armor et le Morbihan, recèle des richesses jamais tombées dans l’oubli. Mais personne n’imaginait la réouverture de mines au XXIe siècle pour extraire du zinc, du plomb, de l’or, du cuivre, de l’argent et des « substances connexes ».

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents