Le réchauffement climatique se produit plus vite que prévu

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La hausse des températures sur la Terre s'accélère et « il est nécessaire de doubler, voire tripler les efforts » pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. Sept éminents climatologues issus de plusieurs pays alertent une nouvelle fois l’opinion publique dans un communiqué de sept pages résumant une analyse intitulée « La vérité sur le changement climatique ».

« Le réchauffement se produit maintenant et beaucoup plus vite que prévu », a insisté Robert Watson, ancien président du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), porte-parole de ces scientifiques.

La planète est en passe cette année de battre son troisième record annuel consécutif de chaleur depuis le début des relevés de températures en 1880. Les dirigeants de la planète ont initialement fixé à 2°C l'objectif de montée maximum du mercure d'ici la fin de ce siècle par rapport aux niveaux de l'ère pré-industrielle. Ils estiment que cela permettrait d'éviter les conséquences les plus néfastes du réchauffement, sécheresses, incendies, vagues de chaleur, inondations et autres ouragans.

Même si tous les pays signataires de l'accord de Paris respectaient leurs engagements pour limiter la hausse des températures, ont-ils souligné, citant un rapport des Nations unies de 2015_, les émissions globales de gaz à effet de serre ne diminueront pas assez rapidement au cours des quinze prochaines années_.

Ainsi, l'objectif le plus ambitieux de l'accord de Paris de maintenir la hausse des températures sous 1,5°C est « presque certainement impossible et pourrait même être atteint au début des années 2030 », selon ces scientifiques.

Des déclarations qui tombent à pic pour les ministres de l’Environnement des 28 qui se réunissent vendredi afin de donner leur feu vert à une ratification accélérée par l'Union européenne (UE) de l'accord de Paris, qui se heurte encore aux craintes de certains pays, notamment la Pologne, sur la part précise de leur effort. À ce stade, six pays de l'UE (Allemagne, Autriche, France, Hongrie, Slovaquie et Malte) ont d'ores et déjà ratifié l'accord.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents