Le Conseil européen retarde la signature du Ceta et met la Wallonie sous pression

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est une première victoire de taille pour les opposants au Ceta, l’accord créant une zone de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada. Les ministres du Commerce des 28 pays membres de l’UE étaient réunis ce mardi matin à Luxembourg pour autoriser la Commission à signer l’accord, le 27 octobre prochain, avec le Canada. Mais le refus des parlements régionaux de la communauté francophone belge de signer l’accord a entraîné un blocage du processus.

À lire >> Une poignée d’irréductibles Wallons bloquent l’accord de libre-échange UE-Canada

Cette décision a donc été repoussée de trois jours et assortie d’un ultimatum envers la Belgique. Les Wallons ont jusqu’au sommet européen de vendredi pour dire oui au Ceta. Faute de quoi, le sommet du 27 octobre sera annulé, a fait savoir la commissaire européenne au commerce, Cecilia Malmström.

À lire >> Notre dossier, Accord UE-Canada : une victoire des multinationales ?

Les ONG environnementales ont immédiatement salué une « première victoire pour le mouvement citoyen ». « Cela aurait été inimaginable il y a encore quelques jours », s’est réjoui l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot.

Les opposants au traité réclament du temps, pour mener un véritable débat démocratique dans chaque pays signataire, évaluer l’impact du traité et consulter la Cour de justice européenne pour vérifier sa conformité avec le droit européen.

Tous les articles de la rédactions sur le Ceta


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.