Fidel Castro : un « cruel gentil »

Le Lider Maximo – héros ou bourreau – était l’homme de tous les paradoxes et de tous les oxymores.

« Robespierriste et anti-robespierriste, dites-nous seulement quel fut Robespierre. » Cette phrase de l’historien Marc Bloch pourrait parfaitement s’appliquer à Fidel Castro. Depuis l’annonce de sa mort, le 26 novembre au matin, à 90 ans, Fidel Alejandro Castro Ruz est l’enjeu d’une bataille d’interprétation presque aussi violente que la révolution elle-même. Les idolâtres ne manquent pas. Mais les ennemis animés par une haine inextinguible sont plus nombreux encore et, il faut le dire, ils ont davantage…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents