La « Belle alliance » de Cambadélis fait un bide

Alors qu’elle se voulait populaire, la première convention nationale de la « convergence » voulue par le premier secrétaire du PS a rassemblé à peine plus de 2 000 personnes.

Michel Soudais  • 4 décembre 2016 abonné·es
La « Belle alliance » de Cambadélis fait un bide
© Photos : Michel Soudais

Des chaises vides en veux-tu en voilà. Des ténors du PS aux abonnés absents. Les candidats socialistes à la primaire, organisée par leur parti, invisibles. La « grande convention nationale » de la Belle alliance populaire (BAP), censée lancer les « primaires citoyennes » des 22 et 29 janvier, devait être l'événement politique du week-end. En septembre, Jean-Christophe Cambadélis évoquait une manifestation qui rassembleraient quelque 10.000 personnes. Elle n'a pas mobilisé les foules – il y avait à peine plus de 2 000 personnes –, hormis celle des journalistes.

Pourtant la rue de Solferino avait multiplié les cars pour remplir le hall du

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)