Les scientifiques américains se dressent contre Donald Trump

Plus de 2 300 scientifiques américains, dont 22 prix Nobel, ont adressé une lettre ouverte au nouveau président élu.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Très inquiets après l’élection de Donald Trump et les premières nominations de son futur cabinet présidentiel où se côtoient des contempteurs de la science, des chrétiens rétrogrades et même des créationnistes, plus de 2 300 scientifiques américains ont adressé une lettre ouverte à leur prochain président et aux parlementaires qui vont le soutenir après avoir combattu les (quelques) mesures prônées par Barack Obama. Ils craignent notamment que la lutte contre le dérèglement du climat, les pollutions et la dégradation des milieux naturels soit abandonnée. Extraits choisis :

« Les connaissances scientifiques ont joué un rôle essentiel dans l’édification des États-Unis comme une nation puissante et prospère qui a amélioré la santé des Américains et d’autres peuples du monde. Des maux issus du changement climatique aux innovations technologiques, notre peuple est gagnant quand nos politiques nationales sont nourries d’une science qui n’est pas altérée par des influences politiques et industrielles.

Pour bâtir sur cet héritage et étendre les bienfaits de la science à tous les gens, y compris les Américains qui ont été abandonnés en route, le gouvernement fédéral doit appuyer et s’appuyer sur la science comme un moyen clé pour forger les politiques publiques. Leurs acteurs, tout comme le public, doivent exiger un accès aux informations scientifiques de qualité qui servent l’intérêt général. Le Congrès et l’administration Trump devront renforcer le rôle que la science doit tenir dans la mise au point des politiques publiques […]. »__

Science indépendante

_ « D’abord en créant une forte et claire culture de la science parmi les plus hauts responsables. Les agences fédérales doivent être dirigées par des fonctionnaires ayant démontré qu’ils respectent la science. Ces fonctionnaires doivent pouvoir accueillir et encourager tous les scientifiques sans tenir compte de leurs choix religieux, de leur race, de leur genre ou de leur orientation sexuelle._

Ensuite, le Congrès et l’administration Trump doivent garantir la santé publique et le respect des lois environnementales comme les lois sur la qualité de l’air et les espèces menacées […]. Les agences fédérales doivent pouvoir travailler librement. […]

Enfin, le Congrès et l’administration Trump doivent approuver de hauts niveaux d’intégrité et d’indépendance scientifiques. […] Les scientifiques doivent, sans peur de représailles ou de sanctions, avoir la liberté et la responsabilité de :

  • Mener leurs travaux sans intervention des politiques et du secteur privé.

  • Communiquer les résultats de leurs travaux au public, au Congrès et à leurs pairs.

  • Publier leurs travaux et participer à ceux de la communauté scientifique.

  • De rendre publiques les désinformations, les censures et autres abus de la connaissance scientifique.

  • S’assurer que les informations scientifiques et techniques en provenance du gouvernement sont exactes. […] »

Population menacée

« Sans cet investissement, les enfants seront exposés à l’empoisonnement par le plomb, la population sera dangereusement menacée par les médicaments et les méthodes médicales douteuses et sera moins bien préparée aux impacts des événements climatiques extrêmes et la montée des mers. […]

Nous continuerons à encourager et renforcer le rôle de la science dans la définition des politiques publiques et resterons prêt à nous opposer à quiconque cherchera à la remettre en cause. »

Cette lettre publique ayant été mal accueillie par ses destinataires, elle se transforme en pétition signée par un grand nombre de scientifiques appartenant à toutes les universités et à tous les centres de recherche des États-Unis. Une inquiétude particulière pour certains d’entre eux : que des membres de l’équipe de François Fillon aient déjà noué des contacts avec les plus réactionnaires des contempteurs de la science qui entourent le président Trump…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents