No pasarán, mais un peu quand même

Les mêmes qui prétendent barrer le passage à l’extrême droite lui ont ouvert un boulevard.

L’autre jour – samedi – y avait, comme l’annonçait le Parti « socialiste » (P« S ») à gros renfort de tweets, la « Grande convention nationale de la Belle Alliance populaire ». (Soit dit en passant : je n’ai, pour ce qui me concerne, toujours pas bien compris ce que c’était que ce truc.)

Le chef desdits « socialistes », Jean-Christophe Cambadélis (J2C), était là, et tout d’un coup, dans le cours de son intervention, ses nerfs ont lâché : il a commencé à se prendre pour la colonne Durruti, le pauvre, et à balancer du no pasarán long comme le bras.

Genre : « Nous ne voulons pas qu’ils passent ! » Puis aussi : « Ils ne passeront pas ! » Et encore : « Stigmatisation de nos concitoyens musulmans, ça ne passera pas ! Remise en cause du droit du sol, ça ne passera pas ! »

Il reste 77% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents