Comme un poison dans l’eau

l’ONG Générations futures révèle la présence de perturbateurs endocriniens dans l’eau du robinet.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Après les fraises, les salades et le muesli du petit-déjeuner, l’ONG Générations futures révèle la présence de perturbateurs endocriniens… dans l’eau ! Les estimations laissent bouche bée : 73,3 % des pesticides les plus mesurés dans les eaux de surface sont des perturbateurs endocriniens « suspectés », et près de la moitié pour les eaux souterraines et l’eau du robinet. 

On trouve notamment des traces de glyphosate, molécule active du Roundup de Monsanto, herbicide le plus utilisé dans les champs en Europe. Et cela ne va pas s’arranger puisque la Commission européenne a autorisé la prolongation de sa commercialisation dans l’Union européenne en juin 2016, faute de consensus.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents