Frais bancaires : Le Bourget, c’est fini !

Il est urgent de créer un véritable service public bancaire.

Il était une fois un président normal, qui fit mine de déclarer la guerre à un adversaire ancestral, le monde de la finance. Pendant son court règne, il méprisa la complainte des gens normaux, victimes, entre autres « gabelles », de la hausse des frais bancaires. Il fut contraint d’abdiquer prématurément. Le taux de profit des banques françaises avait alors retrouvé son niveau d’avant la crise. Ces banques universelles, que son prédécesseur avait grassement recapitalisées, avaient repris leurs affaires en…

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents