« Le Parc », de Damien Manivel : La nuit fauve

Le Parc, de Damien Manivel, part d’une classique rencontre entre un garçon et une fille puis bascule dans l’onirisme.

Le film commence avec la même retenue dont font preuve les deux jeunes personnages l’un envers l’autre. Un garçon et une fille. C’est leur premier rendez-vous, sur un banc, dans un parc. Le plan est cadré large : on est loin d’eux tout comme eux gardent, pour l’instant, leurs distances. Ils vont faire lentement connaissance, timidement, en se posant des questions simples : « Où habites-tu ? », « Quel métier font tes parents ? » Pour son second long métrage, Le Parc, Damien Manivel filme tout d’abord une…

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents