Dossier : Pollution : Une inertie criminelle

« On ne peut pas juste être écolo dans son coin »

L’éco-vignette accroît les tensions entre individuel et collectif, écologie et rapports de classes, selon Jean-Baptiste Comby, qui souligne le manque d’imagination des politiques publiques.

Dans La Question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème public [^1], Jean--Baptiste Comby montre en quoi la morale éco-citoyenne individualise les enjeux, les dépolitise et renforce les inégalités. Tout le monde ne subit pas la crise climatique de la même manière, n’a pas la même capacité à y répondre, ni le même impact écologique. De plus, l’individualisation fait le jeu de rationalités marchandes et d’un capitalisme vert qui se satisfont de mesures comme l’éco-vignette, quand il faudrait…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.