La France : un amour perdu ?

Pascal Boniface analyse le processus de détérioration de l’image de notre pays dans le monde.

Que le titre du dernier livre de Pascal Boniface résonne avec la célèbre chanson de Léo Ferré n’est pas un hasard. Hélas, la petite musique qu’analyse le directeur de l’Iris dans Je t’aimais bien tu sais est loin d’être aussi douce. À raison, il s’inquiète que l’image de la France dans le monde arabe se soit sérieusement écornée ces quinze dernières années. Après avoir incarné la vitrine du multiculturalisme grâce à la victoire de son équipe « black, blanc, beur » en 1998 (photo), puis au refus de la guerre en Irak en 2003, le pays passe aujourd’hui « pour le plus islamophobe des pays occidentaux, du Maroc au Pakistan ». Comment expliquer ce retournement désastreux ? « Si l’évolution de notre politique extérieure n’y est pas étrangère, ce sont surtout nos débats internes qui y ont contribué », répond le géopolitologue, qui commence par décrypter le basculement de notre politique étrangère du gaullo-mitterrandisme dans l’atlantisme.

Il reste 67% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents