Souffrir sans dolorisme

Dans Mes mille et une nuits, Ruwen Ogien considère l’état d’un malade du cancer en termes philosophiques, à partir de son expérience personnelle.

Christophe Kantcheff  • 8 février 2017 abonné·es
Souffrir sans dolorisme
© photo : JLPPA/Bestimage

Philosophe analytique de grand talent, ayant notamment travaillé sur l’éthique, auteur de plus d’une vingtaine de livres, Ruwen Ogien a changé d’avis sur un sujet qui ne laisse indifférent aucun amateur de littérature : « Jusqu’à présent, je n’étais pas persuadé […] que les bénéfices conceptuels des détours par la fiction ou l’essai littéraire étaient suffisamment importants pour justifier qu’on y fasse appel dans une recherche philosophique. En composant ce livre, j’ai eu le sentiment inverse. »

Ruwen Ogien écrit ces phrases

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 5 minutes