L’appel désespéré de Benoît Hamon

Le candidat du PS, en grande difficulté, fustige le « jeu morbide » de Manuel Valls et appelle les sociaux-démocrates, le PCF et les Insoumis de Jean-Luc Mélenchon à se ranger derrière lui.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Lâché par Manuel Valls, qui a annoncé ce matin qu’il voterait pour Emmanuel Macron le 23 avril, Benoît Hamon tente de retourner cet ultime « coup de poignard dans le dos » en avantage. Dans une courte déclaration depuis son siège de campagne, le vainqueur de la primaire la « Belle alliance populaire » introuvable, dont la campagne ressemble jusqu’ici à une descente aux enfers, a lancé un « appel solennel » aux électeurs de gauche, leur demandant de « sanctionner ceux qui se prêtent [au] jeu morbide » d’humilier la démocratie par « des pratiques et des comportements indignes » quand « la parole donnée devant le peuple doit être scrupuleusement respectée ».

« Je vous demande […] de tourner la page de cette vieille politique, a-t-il lancé, de tourner le dos à ces politiciens qui ne croient plus en rien et qui vont là où le vent va, au mépris de toute conviction. » Un appel au secours qu’il a aussi adressé explicitement aux communistes et au candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, en les invitant à « unir leurs forces aux [s]iennes » :

La gauche, pour gagner, doit se rassembler et j'appelle à ce qu'elle le fasse maintenant [...]. J'appelle désormais tous les électeurs, ceux qui sont engagés dans la lutte contre les injustices, j’appelle les sociaux-démocrates intimement attachés au progrès social et à la démocratie, mais aussi le Parti communiste, les communistes et Pierre Laurent, les Insoumis et Jean-Luc Mélenchon, à réunir leurs forces aux miennes.

Malgré la multiplication des trahisons dans son camp, Benoît Hamon s’estime encore « le seul à pouvoir faire gagner » tous ceux-là, arguant occuper « par [son] projet (…) une position centrale à gauche » et être « le seul à pouvoir conjuguer des électorats différents, des radicaux aux plus modérés ». Un argument puisé dans l’argumentaire électoral classique du PS mais qui, au stade où ce dernier en est rendu, a peu de chance de porter.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents