L’appel désespéré de Benoît Hamon

Le candidat du PS, en grande difficulté, fustige le « jeu morbide » de Manuel Valls et appelle les sociaux-démocrates, le PCF et les Insoumis de Jean-Luc Mélenchon à se ranger derrière lui.

Michel Soudais  • 29 mars 2017
Partager :
L’appel désespéré de Benoît Hamon
© Photo : PHILIPPE LOPEZ / AFP

Lâché par Manuel Valls, qui a annoncé ce matin qu’il voterait pour Emmanuel Macron le 23 avril, Benoît Hamon tente de retourner cet ultime « coup de poignard dans le dos » en avantage. Dans une courte déclaration depuis son siège de campagne, le vainqueur de la primaire la « Belle alliance populaire » introuvable, dont la campagne ressemble jusqu’ici à une descente aux enfers, a lancé un « appel solennel » aux électeurs de gauche, leur demandant de « sanctionner ceux qui se prêtent [au] jeu morbide » d’humilier la démocratie par « des pratiques et des comportements indignes » quand « la parole donnée devant le peuple doit être scrupuleusement respectée ».

La gauche, pour gagner, doit se rassembler et j’appelle à ce qu’elle le fasse maintenant […]. J’appelle désormais tous les électeurs, ceux qui sont engagés dans la lutte contre les injustices, j’appelle les sociaux-démocrates intimement attachés au progrès social et à la démocratie, mais aussi le Parti communiste, les communistes et Pierre Laurent, les Insoumis et Jean-Luc Mélenchon, à réunir leurs forces aux miennes.

« Je vous demande […] de tourner la page de cette vieille politique, a-t-il lancé, de tourner le dos à ces politiciens qui ne croient plus en rien et qui vont là où le vent va, au mépris de toute conviction. » Un appel au secours qu’il a aussi adressé explicitement aux communistes et au candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, en les invitant à « unir leurs forces aux [s]iennes » :

Malgré la multiplication des trahisons dans son camp, Benoît Hamon s’estime encore « le seul à pouvoir faire gagner » tous ceux-là, arguant occuper « par [son] projet (…) une position centrale à gauche » et être « le seul à pouvoir conjuguer des électorats différents, des radicaux aux plus modérés ». Un argument puisé dans l’argumentaire électoral classique du PS mais qui, au stade où ce dernier en est rendu, a peu de chance de porter.

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Impôt sur la fortune : le cadeau que veut faire le RN aux plus riches
Fiscalité 21 juin 2024

Impôt sur la fortune : le cadeau que veut faire le RN aux plus riches

Dans son programme, le Rassemblement national veut supprimer l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) pour le remplacer par un impôt sur les fortunes financières (IFF). Un beau cadeau, uniquement à destination des 1 % les plus riches.
Par Pierre Jequier-Zalc
Accusé d’incompétence économique, le Nouveau Front populaire sort les chiffres
Économie 21 juin 2024

Accusé d’incompétence économique, le Nouveau Front populaire sort les chiffres

L’alliance des gauches se positionne pour une politique de relance et d’investissements massifs. Un chiffrage permettant de financer un programme de « rupture immédiate et claire avec la politique d’Emmanuel Macron ».
Par Lucas Sarafian
« Vous avez déjà entendu le RN parler de patriarcat ? »
Entretien 21 juin 2024

« Vous avez déjà entendu le RN parler de patriarcat ? »

Alors que le Planning familial a appelé à voter pour le Nouveau Front populaire, Sarah Durocher, sa présidente, revient sur cette décision et appelle à se mobiliser à la manifestation du 23 juin pour préserver les droits des femmes et des personnes LGBTQI+ face à l’extrême droite.
Par Hugo Boursier
Dans l’Essonne, l’optimisme infaillible des « vieilles du porte-à-porte »
Reportage 21 juin 2024

Dans l’Essonne, l’optimisme infaillible des « vieilles du porte-à-porte »

Dans la cinquième circonscription de l’Essonne, la gauche a perdu les dernières législatives à 18 voix près. Reportage à Gif-sur-Yvette sur un porte-à-porte mené par un groupe de retraité.es, optimistes pour faire basculer la « swing circo ».
Par Pauline Migevant