Le débat qui fait débat

L’émission de lundi sur TF1, ouverte à cinq candidats seulement, a suscité une polémique sur les temps de parole.

Près de dix millions de téléspectateurs. Ce lundi 20 mars, TF1 a réussi son coup d’audience en diffusant le premier débat entre cinq candidats à la présidentielle… choisis parmi les mieux placés par les instituts de sondages. Un résultat prévisible, sachant que le débat fait toujours des scores bien supérieurs à ceux d’un entretien avec un interlocuteur unique. Cela s’est vérifié lors des émissions précédant les primaires de la droite et du centre (5,6 millions), puis celles de la Belle Alliance populaire (3,8 millions), toutes diffusées sur TF1.

Ce débat à cinq a été diffusé après le dépôt par le Conseil constitutionnel de la liste des onze candidats à la présidentielle. Deux jours après tout juste. Non sans hasard puisque, depuis la loi du 25 avril 2016, encadrée par le CSA, le temps d’égalité de parole a été réduit au temps d’équité (selon la représentativité du candidat), applicable en radio et à la télévision, épargnant la presse écrite et Internet. Le temps d’égalité stricte, lui, ne sera exécutif que le 10 avril, soit treize jours avant le premier tour. Pour TF1 (avec sa filiale LCI), il y avait donc urgence.

Il reste 63% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Clandestin malgré lui

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents