« Le Secret de la chambre noire », de Kiyoshi Kurosawa : Le fantôme  d’argent

Kiyoshi Kurosawa signe un film sur les apparitions spectrales qui hantent un père photographe et sa fille, qui lui sert de modèle.

Théâtre d’ombres. Jeu d’illusions. Dès l’entrée de Jean dans l’univers de Stéphane, les frontières entre le réel, l’artifice et le fantasme s’estompent. Stéphane est photographe à l’ancienne, un as du daguerréotype et de l’immortalisation. Il déplace des plaques comme les éléments d’un décor qu’il passe dans une chambre noire, dans des bains de mercure, sous des douches chaudes au cœur d’un atelier évoquant des coulisses. Parois. Rideaux. Images…

Jean enchaînait les petits boulots avant de trouver ce poste d’assistant chez Stéphane. Il loge à Paris quand ce dernier habite un manoir en banlieue. Jean vient du réel. Stéphane l’a quitté depuis la mort de sa femme, qui s’est pendue dans la serre du jardin. Cette serre où officie Marie, leur fille de 22 ans, poupée gracile et diaphane qui s’est formée seule à l’art de la botanique.

Il reste 66% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.