Travail : Un référendum contesté chez RTE

L’entreprise inaugure le référendum créé par la loi El Khomri pour faire valider un accord sur le temps de travail.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’entreprise RTE (Réseau de transport de l’électricité) inaugure le référendum créé par la loi El Khomri pour tenter de faire valider un accord sur le temps de travail. Ses agents de terrain, de maîtrise ou d’exécution sont consultés par voie électronique, depuis le 24 mars et jusqu’au 30, sur un texte défendu par la CFDT et la CFE-CGC (34,37 % à elles deux), mais que la CGT (premier syndicat avec 58,39 %) a refusé de signer. Il prévoit de modifier l’aménagement du temps de travail pour les chantiers « contraints » à réaliser ­d’urgence. Il réduit notamment à un jour le délai de prévenance des salariés et permet à la direction de « désigner les salariés qui devront intervenir sur le chantier » en l’absence de volontaires.

Alors que ces modifications vont affecter les seuls 2 000 salariés de la maintenance, le référendum s’adresse aux 4 200 salariés de RTE. Un périmètre contesté en justice par la CGT, qui y voit une mise en opposition des salariés et craint une fracturation du collectif de ­travail.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents