Pays basque : L’espoir d’une paix durable

Le 8 avril, un collectif de militants non-violents a remis à la police française tout l’armement de l’ETA. Aux gouvernements, maintenant, de faire un pas vers la réconciliation.

L e regard des gens ! Il y avait de l’espoir partout ! » Anaiz Funosas peine à revenir sur terre, au pied de l’immense tribune dressée ce samedi 8 avril, place Paul-Bert, à Bayonne. La présidente du mouvement Bake Bidea, qui œuvre depuis près de dix ans à l’instauration de la paix au Pays basque, avait rejoint une centaine d’intervenants – représentants de syndicats, d’associations, de mouvements religieux, de paysans, d’entreprises, de partis politiques – venus saluer la portée historique de l’événement…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents