Dans l’enfer de Pôle emploi

Une enquête journalistique en immersion raconte les épreuves quotidiennes subies par les demandeurs d’emploi.

Pôle emploi est une machine kafkaïenne qui charrie un flot de souffrances humaines. Pour en parler, et dénouer la technicité jargonneuse qui jalonne le quotidien d’un demandeur d’emploi, Cécile Hautefeuille a choisi la première personne du singulier. Journaliste en contrats précaires, elle a parcouru par elle-même, et malgré elle, « les couloirs sinueux de la machine et connu [sa] part de situations ubuesques ». Elle a vécu l’exaspération des documents perdus, le contact crispant avec le site Internet, le dialogue absurde avec les conseillers téléphoniques du 39 49, les convocations hors délai, les rendez-vous express en agence, desquels on ne ressort qu’avec un sentiment d’impuissance décuplé. Elle documente sa chronique intimiste avec une somme de témoignages recueillis entre 2013 et 2016 pour son blog « La minisphère du chômage », et livre la synthèse de plusieurs rapports d’experts sur Pôle emploi. Dressant ainsi un panorama d’où ressort le dénominateur commun de ces douleurs anonymes : « Décoder pour ne pas être aspiré. Ou broyé. »

Il reste 67% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents