Iran : « Les Occidentaux font le lit des conservateurs »

Spécialiste des relations internationales, Bertrand Badie dresse un bilan mitigé de la présidence Rohani et analyse les enjeux de l’élection du 19 mai.

L’actuel président Hassan Rohani, homme d’ouverture à l’aune du système iranien, a de bonnes chances d’arriver en tête au premier tour de l’élection présidentielle du 19 mai. Mais, pour la suite, rien n’est joué, comme l’analyse ici Bertrand Badie. Le politiste souligne que le président sortant n’a qu’un maigre bilan économique à opposer à son rival conservateur, Ebrahim Raissi. Cela en partie en raison de l’intransigeance des Occidentaux, qui n’ont pas permis à l’Iran de tirer un profit rapide de l’accord…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents