Walker Evans, un autre décor américain

Le Centre Pompidou, à Paris, consacre au photographe une importante rétrospective, où domine son intérêt pour la culture et les classes populaires.

L’exposition s’ouvre sur un effet de miroir. Un grand format sur plusieurs mètres d’une image en noir et blanc de la devanture d’un studio photographique pour permis de conduire, en 1934. Lettres et chiffres dessinent une signalétique parfaitement équilibrée sur la tôle gondolée. À côté de ce format hors norme sont alignés de petits tirages, une série d’autoportraits de Walker Evans (1903-1975) réalisés en 1926 lors de son séjour à Paris et à Juan-les-Pins. Des autoportraits pris notamment dans l’ombre…

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents