Le Front national en échec

L’abstention et la démobilisation de ses électeurs ramènent le parti de Marine Le Pen au moins cinq ans en arrière.

Michel Soudais  • 14 juin 2017 abonné·es
Le Front national en échec
© photo : RAYMOND ROIG / AFP

Depuis Hénin-Beaumont, où elle a pris la parole après l’annonce des premiers résultats, Marine Le Pen n’avait pas de quoi pavoiser. Son électorat étant celui qui s’est le plus abstenu lors de ce premier tour des législatives, le Front national enregistre un revers de grande ampleur. Il ne retrouve que 39 % des 7,67 millions de voix qui s’étaient portées sur sa candidate au premier tour de la présidentielle ; elle avait alors obtenu 21,3 %.

Avec un score national de 13,2 %, le parti d’extrême droite enregistre même un tassement par rapport aux législatives de 2012 (13,6 %) : ses candidats y avaient rassemblé 3,5 millions de voix, contre 2,99 millions dimanche. Plusieurs figures frontistes ont d’ailleurs été balayées dès le premier tour, tels Nicolas Bay, numéro trois du parti et patron de la campagne des législatives, en Seine-Maritime, Jean-Lin Lacapelle, secrétaire général adjoint du parti, dans la circonscription de Marignane-Vitrolles (Bouches-du-Rhône), ou le comédien Franck de Lapersonne dans la Somme.

Le FN, qui rêvait il y a peu de faire entrer à l’Assemblée nationale une cinquantaine de députés, ne paraît pas en mesure d’obtenir les quinze élus requis pour constituer un groupe parlementaire, d’autant que la forte abstention réduit à quasi-néant les triangulaires qui lui avaient permis de remporter ses deux circonscriptions en 2012. Si ses candidats sont qualifiés pour le second tour dans 119 circonscriptions, seuls vingt d’entre eux sont arrivés en tête. Opposés dans l’immense majorité des cas à des candidats de La République en marche (LREM), ils auront bien du mal à s’imposer, faute de réserves de voix.

Six candidats seulement semblent disposer d’assez d’avance sur leur adversaire pour l’emporter. C’est le cas de Marine Le Pen, qui, avec 46 %, devance de 26 points le candidat LREM dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. Dans ce département, José Evrard à Lens et Bruno Bilde à Liévin ont, eux, 15 points d’avance, et Ludovic Pajot 11 à Bruay-la-Buissière. Sébastien Chenu à Valenciennes-sud (Nord) et Emmanuelle Ménard, l’épouse de Robert Ménard, à Béziers (Hérault) ont également creusé un écart de 15 et 11 points. La situation est nettement plus compliquée en revanche pour Gilbert Collard, Louis Aliot (Pyrénées-Orientales), Florian Philippot (Moselle) et Stéphane Ravier (Bouches-du-Rhône).

Cette contre-performance ne va pas aider à pacifier le débat interne sur la « refondation » du FN, apparu après la présidentielle et le score de Marine Le Pen au second tour, perçu comme mauvais par de nombreux cadres, qui incriminent la position de leur parti sur l’euro et la prestation ratée de leur candidate lors du débat télévisé de l’entre-deux tours. Le congrès prévu pour la fin de l’année s’annonce tendu.

Pour aller plus loin…

Derrière la fragile unité des gauches, le spectre de 2027
Analyse 17 juillet 2024 abonné·es

Derrière la fragile unité des gauches, le spectre de 2027

Au cœur des négociations comme en dehors, la question de la prochaine présidentielle traverse les esprits du Nouveau Front populaire.
Par Lucas Sarafian
Y aller ou pas ? La gauche unie face au dilemme du pouvoir
Analyse 17 juillet 2024 libéré

Y aller ou pas ? La gauche unie face au dilemme du pouvoir

En situation de majorité relative, le Nouveau Front populaire pourrait ne pas avoir assez de marge de manœuvre pour appliquer son programme de rupture. Il court le risque d’être disqualifié politiquement mais ne compte pas laisser passer une occasion de gouverner.
Par Lucas Sarafian
À gauche, face au RN, une nécessaire remise en question stratégique
Analyse 17 juillet 2024 abonné·es

À gauche, face au RN, une nécessaire remise en question stratégique

La relative victoire du Nouveau Front populaire aux élections législatives ne doit pas masquer un constat inquiétant. Le Rassemblement national continue de progresser et de s’ancrer. Pour contrer cette hausse, la gauche a tout intérêt à s’implanter localement dans les zones rurales. Pas simple.
Par Hugo Boursier
Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable
Gauche 16 juillet 2024

Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable

Alors que le Nouveau Front populaire a soulevé une espérance chez de nombreuses organisations du mouvement social, les dernières tergiversations quant au nom du Premier ministre ont jeté un froid. Et questionnent la possibilité d’un accompagnement d’un gouvernement de gauche par une mobilisation populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc