Législatives : Les points chauds

Plusieurs circonscriptions méritent d’être observées attentivement.

Pauline Graulle  • 14 juin 2017 abonné·es
Législatives : Les points chauds
© photo : Yann Bohac / Citizenside

• La 4e de Marseille, où le chef de file de la France insoumise est arrivé largement en tête devant la candidate de LREM, Corinne Versini. Jean-Luc Mélenchon devrait donc l’emporter, à moins que Patrick Mennucci, le socialiste sortant qu’il a déboulonné au premier tour, ne lui savonne la planche…

• Dans le très symbolique duel entre l’insoumise Farida Amrani et Manuel Valls dans la 1re circonscription de l’Essonne, la première pourra compter sur le report de voix du communiste Michel Nouaille, soutenu par Benoît Hamon et EELV, mais aussi sur le « tout sauf Valls » qui ne manquera pas de s’intensifier d’ici à dimanche. Point fort pour Valls, arrivé premier dimanche : cinq des six villes de la circonscription sont à droite.

• Dans la circonscription voisine du 91, qui recouvre Morsang-sur-Orge et Grigny, Charlotte Girard, cadre de la FI, s’est plutôt bien tirée de son premier tour, même si elle a fait 10 points de moins que Pierre-Alain Raphan, de LREM. Le second tour risque d’être très difficile puisque Malek Boutih, qu’elle a battu (le député PS sortant a fait 12,3 %) a appelé à voter contre elle, et la candidate UDI, Marianne Duranton, devrait faire de même.

• À Montreuil (93), les choses seront plus simples pour Alexis Corbière. Le numéro 2 de Mélenchon est arrivé derrière la candidate de LREM, mais la gauche était tellement éclatée au premier tour qu’il a, théoriquement, un boulevard. Même chose pour Clémentine Autain à Sevran-Tremblay-Villepinte, qui, avec 38 % des voix au 1er tour, le meilleur score des candidats soutenus par la FI, devrait s’imposer sans mal.

• Ce sera sans doute plus compliqué pour François Ruffin, dans la 1re circonscription de la Somme. Celui qui a réussi à faire près de 25 % grâce à l’union de la gauche (hors PS) derrière lui au premier tour a battu Franck de Lapersonne (à 15 %), le comédien passé au FN et protégé de Marine Le Pen. Pour espérer l’emporter au second tour contre le candidat LREM, Ruffin va devoir tenter de grappiller des voix chez les électeurs frontistes… mais aussi chez ceux de Pascale Boistard, la députée PS sortante, qu’il a balayée au premier tour et qui a appelé à voter pour lui.

• Côté PS, on suivra avec attention la situation de l’une des seules frondeuses « rescapées », la députée PS sortante Barbara Romagnan. Sur ces terres du Doubs – plutôt à droite –, la socialiste va devoir batailler ferme pour l’emporter face à la candidate LREM, une néophyte en politique qui est arrivée 13 points devant elle. La candidate insoumise, Habiba Delacour, lui donnera un coup de pouce. z P. G.

Politique
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Derrière la fragile unité des gauches, le spectre de 2027
Analyse 17 juillet 2024 abonné·es

Derrière la fragile unité des gauches, le spectre de 2027

Au cœur des négociations comme en dehors, la question de la prochaine présidentielle traverse les esprits du Nouveau Front populaire.
Par Lucas Sarafian
Y aller ou pas ? La gauche unie face au dilemme du pouvoir
Analyse 17 juillet 2024 abonné·es

Y aller ou pas ? La gauche unie face au dilemme du pouvoir

En situation de majorité relative, le Nouveau Front populaire pourrait ne pas avoir assez de marge de manœuvre pour appliquer son programme de rupture. Il court le risque d’être disqualifié politiquement mais ne compte pas laisser passer une occasion de gouverner.
Par Lucas Sarafian
À gauche, face au RN, une nécessaire remise en question stratégique
Analyse 17 juillet 2024 abonné·es

À gauche, face au RN, une nécessaire remise en question stratégique

La relative victoire du Nouveau Front populaire aux élections législatives ne doit pas masquer un constat inquiétant. Le Rassemblement national continue de progresser et de s’ancrer. Pour contrer cette hausse, la gauche a tout intérêt à s’implanter localement dans les zones rurales. Pas simple.
Par Hugo Boursier
Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable
Gauche 16 juillet 2024

Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable

Alors que le Nouveau Front populaire a soulevé une espérance chez de nombreuses organisations du mouvement social, les dernières tergiversations quant au nom du Premier ministre ont jeté un froid. Et questionnent la possibilité d’un accompagnement d’un gouvernement de gauche par une mobilisation populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc