Tu seras un homme, mon fils

En Syrie, dans des camps d’entraînement dédiés, Daech forme une nouvelle génération d’enfants soldats. Un documentaire factuel et glaçant.

Deux mômes d’une dizaine d’années, à genoux sur des matelas posés à même le sol, penchés sur une feuille blanche qu’ils s’appliquent à colorier de leur innocence perdue. Les chars en vert, les hélicos en bleu, les bombes en noir. Moussa et Youcef, deux frères, deux rescapés, extirpés du même étau, échappés d’un camp d’entraînement pour enfants du califat, en Syrie, et réfugiés en Turquie. « Au paradis, tu retrouveras tes parents, tu auras des jouets, des voitures, des ordinateurs, tout ce que tu veux », promettaient les membres de l’organisation terroriste. Foi de combattant.

Avec Ashbal, les lionceaux du califat, les deux réalisateurs, Thomas Dandois et François-Xavier Trégan, livrent les témoignages de gamins enrôlés par Daech dès l’âge de 4 ans, formés au maniement des armes et des ceintures explosives, confrontés aux exécutions barbares de l’État islamique (EI). « Pour se faire exploser, c’est le bouton rouge », explique Youcef, bravache, mimant le geste sur son ventre.

Il reste 65% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.