Paul Weller garde sa ligne

Comme si le temps n’avait pas de prise sur lui, le rocker anglais sort un treizième album brillant.

Au moment où l’on célèbre le quarantième anniversaire de l’explosion punk de 1977, on ne peut s’empêcher de repenser à notre première rencontre avec Paul Weller. C’était au printemps de cette fameuse année sur la scène parisienne du Palais des glaces, qui accueillait une poignée de groupes punks anglais, dont un trio survolté, habillé en noir et blanc de pied en cap, les Jam. Le leader en était Paul Weller, qui signait toutes les compositions originales.

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents