Dossier : Le PS est mort, vive la gauche !

PS : Le Nord frappé par l’ouragan « dégagiste »

Jadis hégémonique dans le département, le PS traverse une crise sans précédent. Des militants espèrent que la ligne hamoniste les aidera à reconquérir ce territoire gangrené par le FN. Pas gagné.

C’est à une heure et quart de Lille en voiture, et c’est déjà, paraît-il, un peu le bout du monde. Tout au sud du département du Nord, le Cambraisis s’étire sur de vastes plaines et des dizaines de petits villages. Le chômage y tutoie les 13 % en dépit d’une activité agricole intense et intensive et d’une filière textile qui survit, bon an mal an, à la désindustrialisation. Fierté locale : c’est à Caudry, 15 000 âmes, que se trouve l’usine où a été confectionnée la dentelle de la robe de mariée de la princesse de Galles, Kate Middleton. Pour le reste, la commune n’échappe pas à la règle : là aussi, le FN a fait son nid. Il est loin, le 6 mai 2012 : à Caudry, François Hollande avait rassemblé derrière lui deux électeurs sur trois. « Aujourd’hui, on ne peut pas faire vingt mètres sans voir la tête de Marine Le Pen affichée sur un mur », dit Sophie Desreumaux. À 34 ans, cette ancienne danseuse est l’unique élue socialiste au conseil municipal de la ville. Attablée dans une brasserie historique du Vieux-Lille, la jeune brune aux yeux verts raconte la débâcle à sa petite échelle : la candidate socialiste de sa circonscription qui annonce, le jour du dépôt des candidatures, qu’elle rejoint La République en marche (LREM) ; la section locale du PS désertée ; les habitants dépolitisés ; l’abstention qui atteint des sommets ; l’édile UDI de Caudry qui drague sans vergogne les électeurs du FN et qui, à peine élu député, désigne son fils comme son successeur à la mairie…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents