Le monde depuis l’Afrique

Une réflexion collective passionnante sur l’actualité de la pensée critique sur le continent africain.

En 2000, paraissait Afrocentrismes. L’Histoire des Africains entre Égypte et Amériques [1], un ouvrage polémique qui faisait écho à des débats divisant les recherches africanistes francophones et anglophones. En ligne de mire, la revendication, chez ceux que l’on appelait alors les « afrocentristes » – Molefi Asante ou John Henrik Clarke, dans la lignée de l’historien sénégalais Cheikh Anta Diop –, d’une africanisation des savoirs. Pour les afrocentristes, l’histoire de l’humanité a été contée depuis la perspective des Européens. Les Africains en seraient les objets passifs, et ce récit biaisé aurait doublé leur exploitation économique d’un asservissement moral. En conséquence, les historiens africains auraient aujourd’hui la mission d’élaborer un récit alternatif « afrocentré », réaffirmant le rôle de l’Afrique et redonnant à ses habitants leur conscience d’acteurs. Les auteurs de cet essai voyaient dans l’afrocentrisme un danger faisant courir à la vocation universelle des sciences le risque du relativisme culturel et des essentialismes.

Il reste 67% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents