Après le déluge

À Saint-Martin, la France a « déployé » les mêmes troupes qu’elle avait affectées naguère à la « pacification » de l’Algérie.

Généralement, après une catastrophe « naturelle [1] », on envoie des secours. Des pompiers, genre. Mais, après que l’ouragan Irma a ravagé Saint-Martin, la France y a aussi « déployé », au nombre des secouristes et en sus d’un « renfort » de plusieurs centaines de gendarmes, des légionnaires et des paras de l’infanterie de marine [2] : les mêmes troupes, donc, qu’elle avait, parmi d’autres, affectées naguère à la « pacification » de l’Algérie insurgée. Cette fois, il est plutôt question de « sécurisation…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents