Audiovisuel public : Tour de vis budgétaire

Le projet de loi de finances 2018 prévoit une baisse de 80 millions d’euros du budget de l’audiovisuel public.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le Monde avait annoncé une baisse de 80 millions d’euros du budget de l’audiovisuel public en 2018, au sein du projet de loi de finances. In fine, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, a confirmé une diminution de 36 millions d’euros touchant France Télévisions, Radio France, Arte et France Médias Monde (France 24 et RFI). Si les professionnels du secteur vivent déjà des plans d’économies, reposant sur la masse salariale, et s’ils redoutent un impact sur la création, cette décision est un retour en arrière par rapport aux contrats d’objectifs et de moyens que les entreprises avaient signés avec l’État. D’autant que France Télévisions vient à peine d’équilibrer ses comptes (en 2015 et 2016), tandis que Radio France reste déficitaire (entre 6 et 7 millions d’euros), en espérant un retour à l’équilibre en 2018.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents