Censure : Senlis enlève l’affiche

L’affiche de Nos Années folles, le film d’André Téchiné, n’a provoqué aucun remous sauf à Senlis, où des radicalisés d’une association catholique ont exigé son retrait.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’affiche de Nos Années folles, le film d’André Téchiné en salles depuis la semaine dernière, montre un couple pudiquement dénudé, la femme est de dos, l’homme maquillé. Explication : ce personnage, interprété par Pierre Deladonchamps, se déguise en femme pour échapper à la boucherie de la Première Guerre mondiale. L’affiche n’a provoqué aucun remous sauf à Senlis (Oise), où des radicalisés d’une association catholique, l’Organisme de gestion des écoles paroissiales de Senlis, en charge de l’école primaire Notre-Dame, ont exigé des salariés du cinéma Jeanne-d’Arc, qui a programmé le film, qu’ils retirent l’affiche. C’est finalement un sbire du conseil d’administration du cinéma, sur ordre de son président, qui est venu, avec arme et goupillon, décrocher l’image sacrilège. Les calotins de Senlis ont de grosses pudeurs.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents