Jacques Thollot, poète des drums

Un disque hommage à un maître des rythmes libertaires, disparu en 2014.

J ’étais relativement bien encadré par le hasard », précise-t-il au sujet de sa prestation buissonnière à l’enterrement de Sidney Bechet, à Garches, alors qu’il n’a que 12 ans. Nous sommes en 1959, c’est l’époque où Jacques Thollot est encore parfaitement autodidacte, tout juste passé des peaux d’un tam-tam innocent à la véritable batterie. Puissamment amoureux de l’instrument et de l’infinité polyrythmique qui le caractérise, le jeune Thollot apprend le jazz « derrière les disques », chez lui à…

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents