Un bobard de M. Macron

Dans cette France, en vérité, les réfugié-e-s subissent des traitements inhumains.

M. Macron, on le sait, raconte des fois des bobards [1], et certaines de ses fables sont franchement très incommodantes. L’autre jour, dans son discours devant l’Assemblée générale de l’ONU, il a ainsi fait cette déclaration : « La protection des réfugiés est un devoir moral et politique dans lequel la France a décidé de jouer son rôle. » Sous-entendu : voyez comme je suis bon. Voyez : je sauve des vies. Sauf qu’en vrai : non. En vrai, le rôle de la France n’est pas du tout – du tout – celui que prétend…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents