Un bobard de M. Macron

Dans cette France, en vérité, les réfugié-e-s subissent des traitements inhumains.

Sébastien Fontenelle  • 27 septembre 2017 abonné·es
Un bobard de M. Macron
© photo : TIMOTHY A. CLARY / AFP

M. Macron, on le sait, raconte des fois des bobards [1], et certaines de ses fables sont franchement très incommodantes.

L’autre jour, dans son discours devant l’Assemblée générale de l’ONU, il a ainsi fait cette déclaration : « La protection des réfugiés est un devoir moral et politique dans lequel la France a décidé de jouer son rôle. »

Sous-entendu : voyez comme je suis bon. Voyez : je sauve des vies.

Sauf qu’en vrai : non. En vrai, le rôle de la France n’est pas du tout – du tout – celui que prétend son président.

Cela s’est vu l’été dernier à Calais, où les associations humanitaires qui viennent en aide aux exilé-e-s ont subi, pendant des semaines, le harcèlement des forces de l’ordre (FDL’O), qui les empêchaient, par exemple, de distribuer

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans
De bonne humeur

Sébastien Fontenelle est un garçon plein d’entrain, adepte de la nuance et du compromis. Enfin ça, c’est les jours pairs.

Temps de lecture : 3 minutes