Beck : Le flop de la pop

Créé en collaboration avec un magnat de la pop, le nouvel album de Beck déçoit.

En 2009, Beck lançait sur la toile son Record Club. Le projet : reproduire en 24 heures des classiques du rock. Il y eut The Velvet Underground and Nico, puis Songs of Leonard Cohen et Kick,d’INXS. Un peu folle, l’expérience poussait au plus loin l’un des piliers de la musique du Californien : la citation. En vingt-cinq ans de carrière, Beck n’a cessé de cumuler les références. Un peu de hip-hop façon Wu-Tang Clan, des mélodies à la Neil Young et, si souvent, des hommages à son maître, David Bowie.…

Il reste 70% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents