Catalogne : La défaite morale de Madrid

Les assauts violents de la police nationale espagnole pour empêcher le référendum du 1er octobre en Catalogne ont fait plusieurs centaines de blessés.

Laura Guien  • 4 octobre 2017 abonné·es
Catalogne : La défaite morale de Madrid
© photo : Alain Pitton/NurPhoto/AFP

Les corps de sécurité de l’État espagnol matraquant violemment des citoyens devant des écoles publiques. L’image aura sans doute fait plus de mal au gouvernement Rajoy que toutes les précédentes campagnes du camp indépendantiste. Dimanche, au jour « J » du référendum catalan déclaré illégal par Madrid et maintenu coûte que coûte par le gouvernement régional, les forces de la police nationale et de la garde civile se sont ainsi livrées à des assauts punitifs contre des votants pacifistes amassés devant les lieux de scrutin. Selon le département de Santé de la région, « 893 personnes ont reçu une assistance médicale en raison des actions de la police espagnole ».

Dans la capitale catalane, dans le quartier de la Barceloneta, à l’école primaire Mediterrània, située à quelques encablures de l’endroit où stationnaient les renforts de police depuis plusieurs jours, la charge a été particulièrement violente. Cinq minutes après l’heure officielle d’ouverture des bureaux de vote, des officiers des commandements anti-émeutes de la police nationale, armés de boucliers, de matraques et de fusils à balles en caoutchouc, ont ainsi chargé une centaine de votants rassemblés sous la pluie et dans une ambiance festive depuis près de 5 heures du matin. Parmi la foule violemment agressée, un échantillon complet de la population de ce quartier populaire de Barcelone : des familles, des étudiants, beaucoup de personnes âgées. Dans cet assaut, donné sans le moindre avertissement

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle
Reportage 28 février 2024 abonné·es

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle

Face à la purge menée par l’actuel gouvernement pro-russe, les artistes et les responsables d’institutions culturelles se rebiffent. Ils dénoncent une mainmise du Kremlin sur le pays, qui a redoublé depuis le début de la guerre totale en Ukraine, et luttent contre le retour de l’influence russe.
Par Audrey Lebel
En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens
Allemagne 26 février 2024

En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens

Une association étudiante de l’université de Bayreuth, en Bavière, est attaquée en justice après avoir organisé un colloque en faveur d’une paix juste et durable au Proche-Orient entre les peuples palestinien et israélien.
Par Denis Sieffert
Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro