La fable du « ruissellement »

La richesse ne ruisselle pas vers le bas, elle est pompée par le haut.

Les néolibéraux, l’oligarchie au pouvoir et leurs relais dans les grands médias mettent en avant depuis des décennies une métaphore délibérément trompeuse pour justifier l’enrichissement indécent des très riches dans un océan de pauvreté et de précarité. On doit la caricature la plus récente de ce mythe à Nicolas Doze, éditorialiste sévissant actuellement sur BFM, un authentique chien de garde du capitalisme financier. Il a délivré le 12 septembre dernier sur BFM Business un plaidoyer ardent en faveur des riches. Oui, admet-il sans sourciller, la politique actuelle consiste bien à multiplier les cadeaux aux riches. Dont acte. Mais c’est une excellente chose ! Pourquoi ? : « Le seul moyen d’avoir de la richesse dans un pays, c’est d’avoir des riches »… « Laissez faire ceux qui ont de l’argent. » C’est bon pour tout le monde car alors la richesse créée par ces riches, qui investissent et boostent la croissance, « ruisselle » sur toute la société.

Il reste 69% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents