Que faire de la révolution d’Octobre ?

Cela fera cent ans le 7 novembre que les bolcheviks prenaient le pouvoir en Russie. Un événement qui allait bouleverser tout le XXe siècle et dont tous les enseignements ne sont pas encore tirés.

Un siècle après la révolution d’Octobre, les querelles d’interprétation restent toujours vives. Évidemment, il n’est pas interdit de penser que dans le monde d’Internet, des réseaux sociaux et de la mondialisation libérale, ces débats ne regardent plus aujourd’hui que les historiens et les amateurs d’histoire. On verra ici que ce serait une erreur de le croire. Les questions de la possibilité ou de l’impossibilité d’un changement radical de système, de la violence dans l’histoire, du rôle des individus restent d’une brûlante actualité. Comme celle de la démocratie toujours en quête de qualificatif : « parlementaire », « représentative », « directe »… On verra que les bolcheviks ont affronté toutes ces problématiques. La dernière, notamment, quand il s’est agi de rompre avec la Douma (le Parlement) au profit des soviets, puis de désacraliser les soviets pour hâter l’insurrection. Pour revisiter cette histoire et tenter d’en tirer quelques enseignements, nous nous sommes plongés dans plusieurs ouvrages parus à cette occasion ou faisant l’objet d’une réédition.

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents