« Blues et féminisme noir », d'Angela Davis : Leur voix est libre

La philosophe et militante Angela Davis trouve dans le blues les prémices du féminisme noir.

F ree Angela ! On se souvient de ce slogan et de l’image qui l’accompagnait, une femme noire incarcérée pour avoir fréquenté de trop près le Parti communiste américain et les Black Panthers. Angela Davis est une figure incontournable du Black Power et elle connut en France de nombreux soutiens – Jean-Paul Sartre, Jean Genet… –, actifs dans la mobilisation qui participa à sa libération.

On oublie souvent, toutefois, qu’Angela Davis est aussi philosophe, l’une des grandes théoriciennes des women’s studies américaines. Enfin traduit en français, Blues et féminisme noir est une étape importante de sa pensée. Un traité parfois jargonneux mais toujours stimulant, où elle explore les prémices du féminisme afro-américain.

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Clandestin malgré lui

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents