Iran : La colère des oubliés du régime

Les récentes manifestations qui ont agité les provinces du pays traduisent la colère des plus pauvres, qui souffrent des conséquences des sanctions internationales, de la corruption et des dérives du pouvoir religieux.

Patrick Piro  • 10 janvier 2018 abonné·es
Iran : La colère des oubliés du régime
© photo : Le Président Hassan Rohani et le Guide suprême de la révolution, Ali Khamenei, participent à un meeting à Téhéran, le 6 décembre dernier.crédit : HO/KHAMENEI.IR/AFP

La flambée émeutière qui a secoué plusieurs villes d’Iran pendant une semaine semble être retombée. Difficile de lui prédire une suite tant ce mouvement apparaît spontané et dépourvu d’organisation interne. En tout cas, l’accalmie ne doit rien à des réponses concrètes qu’auraient apportées les autorités de la république islamique, qui n’ont pourtant pas déployé tout leur arsenal de répression. « La vague de colère a pris par surprise le pouvoir mais aussi l’opposition, en dépit d’avertissements perceptibles depuis un an, avec la multiplication de petites manifestations sectorielles – ouvriers, enseignants, infirmières, retraités, etc. », indique Roohollah Shahsavar, réfugié politique en France depuis 2009 et fondateur des Lettres persanes, média numérique spécialisé sur l’Iran.

Les échauffourées ont débuté le 28 décembre dans le nord-est du pays, à Mashhad, deuxième ville d’Iran. Un mouvement promptement baptisé « révolte des œufs » car il réagissait à l’annonce de coupes budgétaires provoquant une augmentation de 50 % du prix des carburants (rapidement annulée) et des œufs. Il s’est ensuite rapidement propagé à une quarantaine de localités, des petites et moyennes villes de province pour l’essentiel. La capitale, Téhéran, n’a guère été touchée. Après les derniers rassemblements de rue, signalés vendredi 5 janvier, le bilan humain est lourd : 21 personnes tuées, dont 16 manifestants, dans des localités où la colère a dégénéré en violence, comme dans les environs d’Ispahan, où un

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

Wilders et le marchepied médiatique
Monde 6 décembre 2023 abonné·es

Wilders et le marchepied médiatique

La victoire surprise de Geert Wilders aux élections législatives néerlandaises anticipées du 22 novembre doit-elle quelque chose aux médias ? D’après des chercheur·es et des journalistes, le populiste d’extrême droite a été dépeint comme « adouci » avant le scrutin. Alors que son programme islamophobe n’avait presque pas changé.
Par Loris Guémart
Milei, un as libertarien des réseaux sociaux à la tête de l’Argentine
Monde 6 décembre 2023 abonné·es

Milei, un as libertarien des réseaux sociaux à la tête de l’Argentine

Javier Milei est devenu le premier président argentin d’extrême droite depuis la fin de la dictature. Une victoire à la suite d’une ascension politique éclair, dans laquelle les médias ont joué un rôle clé.
Par Anaïs Richard
Cisjordanie, la tentation de la lutte armée
Monde 6 décembre 2023 abonné·es

Cisjordanie, la tentation de la lutte armée

Depuis le 7 octobre, au moins 200 Palestiniens ont été tués par l’armée israélienne et les colons en Cisjordanie occupée. L’Autorité palestinienne, qui contrôle une partie de ces terres fragmentées en coopération avec Israël, est largement décrédibilisée. La population locale se tourne vers la lutte armée.
Par Inès Gil
En Jordanie, les réfugiés palestiniens dans la crainte d’un nouvel exode
Monde 24 novembre 2023 abonné·es

En Jordanie, les réfugiés palestiniens dans la crainte d’un nouvel exode

La situation à Gaza et désormais en Cisjordanie ravive les blessures mémorielles des atrocités de la Nakba (1948) et de la Naksa (1967) parmi les réfugiés palestiniens du royaume jordanien. Lequel ne veut pas d’une nouvelle vague de réfugiés sur son territoire.
Par Clément Gibon