« Dans les Balkans, l’UE poursuit des objectifs sécuritaires »

Au Kosovo et dans les États voisins, les offres d’intégration de l’Union européenne ne visent pas tant la stabilisation de la région que sa propre sécurité, explique Catherine Samary.

Patrick Piro  • 21 février 2018 abonné·es
« Dans les Balkans, l’UE poursuit des objectifs sécuritaires »

Il y a peu, les Balkans ont été proches d’une nouvelle explosion, constate Catherine Samary. Car dans les pays nés des décombres de la Yougoslavie, les pouvoirs nationalistes se montrent incapables, loin s’en faut, de traiter la question des minorités en termes de droits humains. Et l’Union européenne, qui exerce une forme de tutelle sur la région, n’est pas plus efficace.

Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), qui a fermé ses portes fin 2017, a pu être perçu par l’opinion occidentale comme une réussite du droit. A-t-il fait progresser la réconciliation ?

Catherine Samary : L’analyse complète du bilan du TPIY incombe aux juristes et aux historiens. Néanmoins, on peut affirmer qu’il a eu un rôle

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 8 minutes