« L'Insoumis » : faute d'un regard

Le documentaire de Gilles Perret manque d'un point de vue singulier sur son personnage, Jean-Luc Mélenchon.

En amour, il faut être deux. C’est la même chose quand un documentariste décide de braquer sa caméra sur une personne pour en faire son personnage. Gilles Perret, le réalisateur de La Sociale, a suivi Jean-Luc Mélenchon lors de sa campagne présidentielle, du mois de février jusqu’au premier tour. Nous voilà donc avec « l’Insoumis » dans un TGV, au cours d’un meeting, dans son QG de campagne, à Rome (« c’est beau »), avec un homme du « peuple », sur un plateau de télévision (où il est l’objet d’un «…

Il reste 63% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents